Quel est l'impact des troubles auditifs sur l'apprentissage de la lecture ?

étude


Crédit : iStock / djedzura

L'Observatoire de la santé visuelle et auditive s'est intéressé à l'impact des troubles visuels et auditifs sur l'apprentissage de la lecture.

L'apprentissage de la lecture est un processus long, s'appuyant sur la mobilisation de plusieurs facteurs tels que la vision, l'audition et le langage. Désireux de se rendre compte de manière significative de l'impact des troubles visuels et auditifs sur l'apprentissage de la lecture, l'Observatoire de la santé visuelle et auditive (du groupement Optic 2000, qui allie les enseignes Optic 2000, Audio 2000 et Lissac), s'est entouré de quatre experts dans les domaines de la vue et l'audition, de deux associations réalisant des dépistages visuels et auditifs au sein d'établissement scolaires, ainsi que d'une étude quantitative réalisée entre le 11 et le 26 mars 2019 par OpinionWay auprès de 1 007 parents d'élèves du CP au CE2 et de 123 enseignants. Selon cette étude, 76% des parents déclarent que leurs enfants expriment des difficultés de lecture. Pour les enseignants, 1 enfant sur 5 rencontre des difficultés de lecture. Au cours d'une conférence de presse organisée le 13 juin 2019, les chercheurs Johaness Ziegler, Annie Dumont, Emmanuel Bui-Quoc et Maria Pia Bucci ont pu livrer leurs analyses concernant la relation incompressible entre la vue et l'audition sur l'apprentissage de la lecture, à travers l'expression de ce mécanisme d'apprentissage, l'impact de la vue et de l'audition sur l'apprentissage de la lecture, et les solutions à apporter pour détecter puis corriger ces troubles.
 
L'apprentissage de la lecture, tout un mécanisme.
 
Directeur de recherche au CNRS, Johannes Ziegler désigne l'alphabet comme un code représentant la parole. Apprendre ce code permet aux enfants d'accéder aux milliers de mots stockés dans leur mémoire phonologique bien avant l'apprentissage de la lecture. La compréhension d'un texte est le produit multiplicatif de deux variables indépendantes, l'identification des mots et la compréhension orale. " Lorsque l'une des deux variables s'approche de zéro, le produit d'approche de zéro" explique J. Ziegler. À travers l'utilisation simultanée et complémentaire de la vue et de l'audition, l'enfant doit être capable de mobiliser ses compétences phonologiques. Cela se traduit par la capacité à faire le lien entre graphèmes et phonèmes dès le début de l'apprentissage. Un phonème représente le son d'un mot, un graphème est ainsi une lettre ou un groupement de lettres représentant un phonème. Faire le lien entre les lettres et leur représentation orale est alors essentiel dès le début de l'apprentissage. Pour Annie Dumont, Orthophoniste et professeur à l'UPMC Sorbonne Université, il existe dès le plus jeune âge une sensibilité phonologique, qui s'appuie essentiellement sur des indices perceptifs et permet par exemple des jugements de rimes, de manipulation de syllabes ou d'identification de phonèmes cibles. Tout ceci se développe avant l'âge de 6 ans. Cette sensibilité phonologique se transforme par la suite en conscience phonologique lorsque l'on y couple l'apprentissage de la lecture. Ainsi, la conscience phonologique permet d'analyser et de découper les mots en phonèmes. Entre 8 et 10 ans, l'enfant parvient donc à maîtriser le langage ainsi que l'écriture. 
 
 Comment l'apprentissage de la lecture est altéré par les troubles de la vue et de l'audition ?
 
Une perte de l'audition engendre une perception moins aisée des bruits et des sons pouvant perturber l'enfant dans son parcours scolaire, dans son processus de sociabilisation, son estime de soi. En survenant durant l'enfance, un trouble auditif perturbe le processus de sensibilité et conscience phonologique entraînant alors un retard de parole et de langage. Les troubles transitoires de l'audition tels que les otites, qui sont des inflammations (aiguë ou chronique) de l'oreille externe, moyenne et/ou interne peuvent entraîner vertiges, acouphènes et surdités légères et moyennes. Ces troubles de l'audition sont très fréquents. Avant l'âge de 2 ans 85% des enfants ont été sujets à une otite. Si le temps de récupération, suite à une otite, est court, cette dernière peut-être compliquée à déceler car elle n'est pas toujours douloureuse. Traîner cette inflammation peut impacter le système auditif de l'enfant et de fait l'apprentissage de la lecture. Les troubles centraux de l'audition (TCA) affectent les enfants dans leur faculté à traiter l'information auditive verbale sans que les perceptions de sons purs ne soient affectées. Ces troubles entraînent des difficultés d'interprétation, de décodage de l'information, et de mémorisation des messages verbaux.
Pour la vision, le champ visuel et la perception des couleurs n'ont pas fondamentalement d'impact dans l'apprentissage de la lecture. Il est possible d'apprendre à lire même avec un champ visuel réduit, la lecture se réalisant dans un cône central de 10 à 20°. Pendant la lecture, l'œil se balade mot par mot, syllabes par syllabes et revient à la ligne. Multipliant mouvements et fixations, l'enfant a besoin d'une acuité visuelle et des mouvements oculaires développés. Maria Pia Bucci, chercheuse au CNRS, travaille sur les aspects développementaux du contrôle binoculaire et des interactions visuo-posturale. Elle travaille notamment sur la dyslexie qui est un trouble de l'apprentissage de la lecture survenant en dépit d'une intelligence instruction scolaire normale, de l'absence de troubles sensoriels ou neurologiques. Ce déficit héréditaire trois fois plus présent chez les garçons que chez les filles affecte le traitement des mots. En ne pouvant établir les liens entre les graphèmes et les phonèmes l'enfant ne peut apprendre à lire. En France, 6 à 10% des enfants scolarisés son atteint de dyslexie. Même si l'on ne connaît toujours pas l'étiologie de la dyslexie, plusieurs facteurs peuvent être troublés lors de dyslexie : la vision, la motricité, la phonologie. Selon le groupe de recherche Stein à Oxford, 67% des enfants dyslexiques présenteraient une mauvaise convergence des deux yeux. 70% des déficits phonologiques concerneraient des dyslexies.
 
Les solutions à apporter pour détecter et compenser ces troubles ?
 
Pour l'apprentissage de la lecture, il est indispensable à chaque enfant d'être dans les meilleures conditions visuelles et auditives. Au niveau de la vue, tout les cas d'amblyopie évitables doivent être dépistés, traités et corrigés. À 1 an, l'enfant peut passer un examen ophtalmologique s'il présente des facteurs de risque d'amblyopie. Entre 3 et 4 ans, la vue de tous les enfants doit avoir été contrôlée. Pour Annie Dumont, " une perte d'audition chez un enfant se remarque davantage part le comportement de ce dernier plutôt que la recherche de douleur. Dès les premiers signes, il ne faut pas hésiter à consulter. Entre 2 et 4 ans, un parent peu constater une mauvaise réaction au son de l'enfant s'il n'y a aucune réaction à l'appel de son prénom, ou si l'enfant parle de plus en plus fort, ou que les jeux sonorisant sont plus fort. À 4 ans, si l'on constate un repli sur soit de l'enfant, un écartement vis-à-vis des autres enfants ou si l'enfant se touche régulièrement l'oreille, comme pour une sensation de douleur ou de gène. À 5 ans: si l'enfant à encore des difficultés de langage, il faut absolument consulter à propos de l'audition." 
En ce sens, l'ensemble des chercheurs consultés, ainsi que l'observatoire de la santé visuelle et auditive s'accordent sur la nécessité de dépistage de ces troubles afin de fluidifier l'apprentissage de la lecture. Aujourd'hui, plus de 30% des enfants ont eu un examen pour la vue ou un test auditif au sein de son établissement scolaire. Les associations APESAL et Lion Club de Nîmes réalisent des actions de dépistages des troubles visuels et auditifs dans l'hexagone. 20 à 30% des enfants dépités présentent un résultat non-satisfaisant aux tests auditifs et visuels.

Selon l'étude réalisée par OpinionWay, 87% des professeurs interrogés ont déjà repéré des troubles visuels non corrigés. Près d'un professeur sur deux affirme avoir déjà aperçu un trouble de l'audition chez leurs élèves. Parmi l'ensemble des professeurs et parents d'élèves sondés pour cette étude, 60% estiment que former les professeurs aux troubles de l'audition et de la vue seraient pertinents.

Antoine ERICHER