Les 15-17 ans souffrent de plus en plus souvent d’acouphènes

Enquete JNA 2019


iStock

A l’occasion de la 22èmeJournée Nationale de l’Audition, une enquête a interrogé les Français sur leur santé auditive. Résultat : les plus jeunes souffrent de plus en plus souvent d’acouphènes.

« Les oreilles des Français sous pression : quels impacts sur la santé ? ». C’est le nom de l’enquête réalisé par l’IFOP dans le cadre de la journée nationale de l’audition, qui a lieu cette année le jeudi 14 mars. Réalisée sur un échantillon de 1 003 personnes âgées de 15 ans et plus, les résultats de cette enquête ont pour but d’interpeler les pouvoirs publics ainsi que la population sur l’état de la santé auditive des jeunes. Selon les scientifiques de l’association des JNA (Journée Nationale de l’Audition), la situation de l’audition chez les jeunes est inquiétante. Ils semblent davantage sujets à des troubles de l’audition.
 
Si 48% de l’ensemble des français se disent être sujets à des acouphènes, le taux est encore plus élevé parmi les plus jeunes. Parmi les 15-17 ans, en 2018, ils étaient déjà 56% à avoir ressenti des sifflements, grésillements ou bourdonnements. Cette année, ils sont 65%. Les intervenants se sont interrogés sur l’origine de ces chiffres. Sont-ils dus à l’utilisation de plus en plus importante des smartphones et des écouteurs, ou tout simplement à une société dont les membres seraient davantage autocentrés et à l’écoute d’eux-mêmes ? 
 
L’étude révèle par ailleurs que les français ont conscience de la place que prend l’audition dans leur qualité de vie, 93% estimant qu’une bonne capacité auditive contribue à des relations sociales de qualité. 89% des français estiment qu’un bon état de santé général passe entre autres par une bonne audition. Si la majorité des français reconnaissent l’impact de l’audition sur le moral, le stress, l’humeur, le dynamisme ou encore les performances intellectuelles (entre 74% et 86% selon les critères), seul un peu plus de la moitié (54%) prennent conscience de l’influence de l’audition sur la qualité de leur sommeil. Si l’on étudie les 15-17 ans, seulement 35% mesurent l’impact de l’audition sur la qualité du sommeil. 
Les personnes sujettes aux acouphènes notamment sont d’autant plus touchés par tous ces troubles et présentent des résultats supérieurs sur chaque catégorie, témoignant un peu plus le lien entre capacités auditives et perturbations physiques et psychologiques. 

Antoine ERICHER