Se mobiliser contre la résistance aux antibiotiques

Média

Audiology infos
© Adam Ciesielski - sxc.hu

À l’occasion de la journée européenne d’information sur les antibiotiques le mardi 18 novembre, l’Institut de veille sanitaire (InVS) et l’Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé (ANSM) alertent professionnels de santé, patients et pouvoirs publics sur la nécessité d’une « mobilisation durable et déterminée » pour préserver l’efficacité des antibiotiques.

Les deux autorités relèvent une hausse de la consommation des antibiotiques depuis 2010, notamment en ville, où les pénicillines constituent la classe d’antibiotiques la plus largement utilisée. Dans les établissements de santé, c’est l’association de l’amoxicilline à l’acide clavulanique qui est davantage prescrite. La consommation des céphalosporines de troisième et quatrième générations et des carbapénèmes progresse également à l’hôpital. Des utilisations importantes et élevées qui génèrent une augmentation des résistances bactériennes, notamment des entérobactéries face à cette dernière classe d’antibiotiques. Ces bactéries résident principalement dans le tube digestif comme E. coli, responsable de l’infection urinaire.

Bien que des progrès soient observés dans la diffusion de certaines bactéries résistantes (staphylocoques résistants à la méticilline, pneumocoques résistants à la pénicilline, etc.), l’émergence de la résistance aux carbapénèmes, antibiotiques de dernier recours à l’hôpital, révèle l’urgence de mieux prescrire ces médicaments pour conserver leur efficacité dans la lutte contre les infections.

Pour en savoir plus : Consommation d’antibiotiques et résistance aux antibiotiques en France : nécessité d’une mobilisation déterminée et durable – Bilan des données de surveillance 2014. Publication InVS/ANSM.

FB