Synea : transmettre un « autre message » sur la déficience auditive

Vie syndicale

Audio infos
Audiology infos
De gauche à droite : Cédric Gilson, Michel Billé, Diane Lazard, Bruno Delaunay, président du Synea et Guillaume Flahaut, vice-président. © Guillaume Bureau
De gauche à droite : Cédric Gilson, Michel Billé, Diane Lazard, Bruno Delaunay, président du Synea et Guillaume Flahaut, vice-président. © Guillaume Bureau

Le Syndicat national des entreprises de l’audition - Synea organisait le 27 septembre une conférence de presse ouverte à la presse professionnelle et à la presse grand public afin de présenter les résultats de l’étude TNS-Sofres/Synea portant sur les « marqueurs et perception de la séniorité par les Français ».

Une manière aussi de porter à la connaissance du plus grand nombre les problématiques liées à la déficience auditive et les enjeux de sa réhabilitation. Un événement qui s’inscrivait pleinement dans la démarche initiée par Bruno Delaunay, président du syndicat à donner plus de visibilité à la profession et à son savoir-faire. « Mon premier grand chantier va être de travailler sur l’image de notre profession d’audioprothésiste, trop souvent malmenée. Ainsi, et en partenariat avec l’agence de presse RCPA, nous souhaitons faire connaître au grand public et par le biais de médias grand public, ce qu’est réellement le métier d’audioprothésiste, expliquait Bruno Delaunay lors de son élection en tant que président du syndicat le 25 janvier 2013. L’image du métier, toujours abordée sous l’angle économique, ne me semble pas représentative de sa réalité qui tient en premier lieu dans les services ! On ne peut résumer notre métier à la vente d’aides auditives… Nous allons donc œuvrer à corriger cette image négative du métier, afin de le faire connaître sous un nouveau jour, en parlant notamment des professionnels impliqués quotidiennement dans le suivi et la réhabilitation des malentendants. » Au cours de la conférence de presse, le Synea a dressé un état des lieux des troubles de l’audition, mis en exergue les liens entre audition et maladies cognitives et a également abordé la prise en charge par des professionnels de santé.

Une étude pour décrypter le vieillissement et sa perception

Trois experts, Michel Billé, sociologue spécialiste des questions comportementales induites par la vieillesse et les handicaps auditifs, le Dr Diane Lazard, chirurgien ORL, docteur en neurosciences et Cédric Gilson, audioprothésiste et directeur adjoint de GrandAudition, se sont succédé à la tribune afin de détailler les subtilités de la prise en charge audioprothétique et les problématiques concomitantes, notamment, liées au vieillissement et à l’image qu’elle renvoie. Ils ont notamment commenté l’étude TNS-Sofres/Synea portant sur les « marqueurs et perception de la séniorité par les Français » et qui s’articulait autour de trois interrogations : À quel âge fait-on « vieux » ? ; Quels sont les signes les plus marquants du vieillissement ? ; Le déni de vieillesse, c’est quoi ?

L’étude commandée par le Synea révèle que près des trois quarts des Français (73 %) situent le seuil de « sénioricité » au-delà de 59 ans, quand 49 % le situent entre 60 et 69 ans. Et l’on remarque que 19 % des hommes estiment que l'on est senior entre 50 et 59 ans, contre 11 % chez les femmes. Inversement 24 % des femmes disent que l'on est senior entre 70-79 ans versus 14 % des hommes.

Les signes les plus cités pour décrire une personne "Senior" sont les troubles de la mémoire (46 %) et les troubles de l'audition/le fait de faire répéter sans cesse (42 %). Viennent ensuite les problèmes liés à la vue (34 %) puis la présence de rides (26 %). Des variations apparaissent en fonction de l'âge des personnes interrogées. En effet, les 15-24 ans et 25-34 ans citent d'abord les troubles de l'audition/le fait de faire répéter sans cesse (respectivement 56 % et 46 %), puis les troubles de la mémoire (respectivement 48% et 44 %).

Chez les 65 ans et plus, ce sont les problèmes liés à la vue qui semblent les plus significatifs (45 %) suivis de près par les troubles de la mémoire (43 %). Chez les 15-24 ans, la présence de rides (36 %) apparaît avant les problèmes liés à la vue (21 %).

Vision de l’audioprothèse

Interrogés sur « s'ils savent ce qu'est un audioprothésiste », 75 % des interviewés répondent par l’affirmative ; quand les 15-24 ans sont ceux qui connaissent le moins ce professionnel (57 %). À l'inverse, les 50-64 ans répondent "oui" à 81 %. Aussi, 72 % des répondants du panel citent la définition d'un audioprothésiste intégrant le suivi régulier personnalisé des patients, avec quelques nuances entre les hommes (68 %) et les femmes (76 %) et selon les âges (78 % des 50-64 ans, seulement 70 % chez les 65 ans et plus, un pourcentage qui descend jusqu'à 68 % chez les 25-34 ans).

Au regard des résultats de cette étude, l'image du Senior semble donc correspondre en grande majorité à une personne âgée de 60 ans ou plus, pouvant être touchée par des troubles liés à la mémoire ou à l'audition. Fait rassurant, l'audioprothésiste est un professionnel connu, assimilé à un spécialiste qui prend en charge le suivi des patients et non pas uniquement la vente ou la pose d'appareils auditifs.

Le point de vue du sociologue

Le sociologue Michel Billé, spécialiste des questions relatives à la vieillesse, aux handicaps et à la famille, résumait ainsi les enjeux d'une société en vieillissement : « La société française vieillit, plutôt en bonne santé, mais cette avancée en âge s'accompagne parfois de pertes avec lesquelles il faut composer. Les déficiences auditives en font partie et peuvent souvent être compensées par des appareils dont esthétique et les performances s'améliorent chaque jour. Pourtant ces appareils sont durablement porteurs d'une image négative qui retient les Français lorsqu'ils devraient y avoir recours. Dans une société qui n'aime pas sa vieillesse, qui la refuse, il est difficile d'accepter ses attributs. Mais, sachant que vieillir c'est vivre, il est donc urgent que les Français se mobilisent sur ces questions afin d'avancer en âge avec une compensation des pertes auditives qui leur donne le confort nécessaire à une qualité de vie sereine. »

Le syndicat national des entreprises de l’audition - Synea, regroupe dix enseignes d’audioprothésistes : Amplifon, Audika, Audio 2000, AuditionConseil, AudioNova, AuditionSanté, Conversons, GrandAudition, Audition Maurice Frères et Viva'Son.

GB