Nette amélioration du langage chez les jeunes

Implants cochléaires

Audiology infos

L’objectif de cette étude a été de réaliser un travail prospectif d'évaluation de l'acquisition du langage parlé après l'implantation cochléaire chez les jeunes enfants. Cette évaluation a donc été prospective, longitudinale, et multidimensionnelle, portant sur le développement du langage parlé sur une période de trois ans chez les enfants qui ont subi une implantation cochléaire avant 5 ans (n = 188) dans six centres des États-Unis et des enfants entendants du même âge ( n = 97) de deux écoles maternelles inclus entre novembre 2002 et décembre 2004.

Les résultats montrent que les enfants implantés ont une plus nette amélioration des performances de la langue parlée (10,4; 95% intervalle de confiance [IC], 9.6 à 11.2 points par an dans la compréhension; 8,4, IC 95%, 7,8 à 9,0 dans l'expression) que ce que donnent les prévisions à partir des scores initiaux pré-implantatoires (5,4, IC 95%, 4,1 – 6,7, compréhension ; 5,8 ; IC 95%, de 4,6 à 7,0, l'expression), bien que les scores moyens n'aient pas été restaurés s à des niveaux adaptés à l'âge après 3 ans.

Des implantations cochléaires  à des âges plus jeunes permettent des progrès plus rapides dans la compréhension (1,1 ; IC 95%, de 0,5 à 1,7 points par an plus jeune) et dans l’expression (1,0 ; IC 95%, de 0,6 à 1,5 points par an plus jeune). De même, chaque année de raccourcissement du déficit auditif avant implant a été associé à des augmentations de taux plus fort dans la compréhension (0,8 ; IC 95%, de 0.2 à 1.2 points par année plus courte) et dans l’expression (0,6 ; IC 95%, de 0,2 à 1,0 points par année de moins). Dans les analyses multivariées, une meilleure audition résiduelle avant l'implantation cochléaire, de meilleures interactions parent-enfant, et un meilleur statut socio-économique ont été associés à des améliorations de la compréhension et de l’expression.

En conclusion, l’utilisation des implants cochléaires chez les jeunes enfants a été associée à un meilleur apprentissage de la langue parlée que ne le prédirait leurs scores pré-implantatoires. Le suivi a été achevé entre novembre 2005 et mai 2008. Les principaux critères de jugement se fondent sur les mesures de compréhension et d’expression de la langue parlée (Echelle de développement linguistique de Reynell).

S.A. & G.B.