Le bruit n’est pas uniquement nocif pour l’audition

Rapport

Audio infos

Troubles du sommeil, attention réduite, hypertension artérielle et risques cardio-vasculaires, gênes dans l’apprentissage scolaire, etc. Tels sont les effets dits « extra-auditifs » du bruit que révèlent l’Agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation, de l’environnement et du travail (Anses), dans un rapport rendu public le 7 mai. Saisie par les ministères en charge de l’Environnement et de la Santé, l’Agence a réuni un groupe de travail pluridisciplinaire (acousticiens, épidémiologistes, chronobiologistes, spécialistes des sciences humaines et sociales, etc.) pour étudier l’impact du bruit en plus des effets connus sur l’appareil auditif.

Néfaste à long terme

Si les experts sont unanimes sur le fait que le bruit est néfaste à long terme sur la santé, il est difficile de prévoir les impacts réels sur les individus. Selon des paramètres psychiatriques, physiologiques, ou socio-économiques, chaque personne n’est pas impactée de la même manière par le bruit. C’est pourquoi l’Anses a mis au point une méthode d’évaluation des impacts sanitaires des effets extra-auditifs du bruit environnemental. Quatre effets ont été retenus : à court terme, à moyen, à long terme, et cardio-vasculaires.

La méthode sera testée dans le cadre de projets pilotes.

H.A.