La 12e Semaine du Son se penche sur l’audition des jeunes

ÉVÉNEMENT

Audio infos
Audiology infos
©E-Reis

À l’occasion d’une conférence de presse dans les locaux de France Télévisions, le 27 novembre, le président de la Semaine du Son, Christian Hugonnet a présenté les événements qui feront l’actualité de la 12e édition de cette manifestation nationale. Elle se déroulera dans toute la France du 19 janvier au 8 février et s’intéressera tout particulièrement au rapport des jeunes au son.

C’est dans le grand auditorium de France Télévisions que Christian Hugonnet, entouré du cinéaste Costa-Gavras, parrain de la 12e édition de la Semaine du Son et de Rémy Pflimlin, P.-d.g. de France Télévisions qu’a été présenté à la presse la campagne-événement de sensibilisation aux enjeux sociétaux du sonore. Cette nouvelle édition se donne pour objectif de faire découvrir ou redécouvrir notre environnement sonore et (re)valoriser sa place dans notre société, « essentielle » selon les mots de Christian Hugonnet.

Christian Hugonnet en compagnie du parrain de la 12 édition de la Semaine du Son, Costa-Gavras ©G.Bureau

Cette édition s’intéressera notamment aux enjeux sociétaux du sonore à travers le prisme « silence et bruit » : le silence serait-il devenu un luxe ? Est-il nécessaire ? Le bruit serait-il l’ennemi de notre bien-être ? Quels impacts sur la santé ? Dans sa mission de sensibilisation, la Semaine du Son s’interrogera notamment sur ces différentes problématiques. Et cette année, l’événement souhaite tout particulièrement sensibiliser le public et les élus au rapport des jeunes au son. Au total, ce seront 80 villes françaises qui se feront l’écho de l’événement. Le programme complet région par région est disponible sur : www.lasemaineduson.org. Chaque année au cours du mois de janvier, la Semaine du Son organise débats et rencontres, ateliers, spectacles et interventions pédagogiques, parcours sonores, concerts, etc.

©G.Bureau

 

Enquête Ipsos : « Les jeunes et l’environnement sonore »

Cette conférence de presse préliminaire à la 12e édition de la Semaine du Son a été l’occasion de présenter les résultats d’une enquête réalisée par l’Institut Ipsos Santé avec le soutien de la Direction générale de la Santé pour le compte de l’association. L’étude, « Les jeunes et l’environnement sonore » abordait le rapport des Français, en particulier des plus jeunes, au son, au silence et au bruit.

On apprend dans cette étude que les troubles auditifs sont trop souvent associés aux seules populations les plus âgées. Pourtant, selon une enquête de l’Inpes de 2013, près de 10 % des jeunes de moins de 25 ans présentent déjà une perte auditive pathologique. Et l’exposition aux risques auditifs augmente potentiellement avec les nouveaux usages technologiques. Ainsi, l’étude Ipsos pour la Semaine du Son soulève plusieurs interrogations : les jeunes adultes seraient-ils aujourd’hui plus confrontés aux risques ? Sont-ils plus avertis sur les moyens de prévention ? L’enquête réalisée auprès d’un échantillon représentatif des 15 - 45 ans, fait le point sur les comportements et les attitudes liés à l’environnement sonore et à la prévention des risques auditifs. Elle relève en particulier un paradoxe quant aux jeunes vis-à-vis des risques auditifs. En effet, 98 % de la population des 15-45 ans savent que l’exposition excessive aux sons forts entraîne des problèmes auditifs. Et 78 % d’entre eux ont déjà ressenti des troubles auditifs comme des acouphènes ou une perte d’audition suite à une forte exposition sonore. Pourtant, l’enquête nous révèle qu’ils n’adoptent pas systématiquement les bons comportements de prévention. Ainsi, seuls 33 % d’entre eux déclarent s’éloigner systématiquement des enceintes lors d’un concert, 12 % font des pauses régulières, 4 % utilisent des bouchons d’oreilles à usage unique et 3 % leurs propres bouchons. Quant à ceux qui ont déjà ressenti un trouble auditif, 59 % déclarent n’avoir rien fait pour s’informer à ce propos ou être pris en charge.

Comportements à risque

Aussi, l’enquête met en lumière que 85 % des jeunes déclarent aimer écouter fort la musique, les plus jeunes sont significativement plus nombreux à déclarer cette pratique (89 % des 15-30 ans). Lorsque ces jeunes adultes écoutent la musique avec un fort niveau sonore, c’est principalement pour l’ambiance (38 %) et la qualité du son (30 %). Chez les plus jeunes, observés à travers les réseaux sociaux, ce comportement est aussi lié à la transgression : certains postent des messages où ils expliquent fièrement qu’ils mettent la musique à fond au risque de déranger leur entourage : « écouter fort, c’est faire entendre que l’on existe », commente l’institut Ipsos. Autre apprentissage, le contexte semble aussi influer sur l’appréciation du niveau sonore. Ainsi, 57 % des 15-45 ans ont l’impression que le niveau sonore est plus élevé que par le passé au cinéma et 65 % ont cette impression concernant les publicités à la télévision.

Rémy Pflimlin,P.-d.g. de France Télévisions a rappelé les efforts faits par la télévision publique afin d'améliorer le son des programmes et a évoqué les initiatives faites pour limiter le niveau sonore des publicités. ©G.Bureau

 

« Génération casques/écouteurs »

Les données récoltées lors de l’étude révèlent que les trois quarts des 15-45 ans utilisent un casque audio et/ou des écouteurs. Une pratique qui s’élève à 89 % chez les 15-30 ans. De plus, l’utilisation du casque se fait à partir de l’âge de 14 ans en moyenne, et le temps d’écoute via ces dispositifs est d’une heure et vingt minutes en moyenne, dont 48 minutes en continu. L’utilisation du casque audio et/ou des écouteurs se fait d’abord à domicile pour 83 % des 15-45 ans (90 % des 15-30 ans), en particulier avant d’aller se coucher (61 % des 15-30 ans déclarent cet usage). L’écoute avec des écouteurs/casques a pour principale motivation le souci de ne pas déranger les autres (71 % des 15-45 ans). Aussi, l’adoption des bons réflexes pour soi est loin d’être la norme souligne l’enquête : 29 % des 15-45 ans ne limitent jamais la durée de leur écoute, 24 % ne font jamais de pause dans leur utilisation et 10 % ne baissent jamais le volume.

Qu’est-ce que la Semaine du Son ?

Fondée en décembre 1998 par Christian Hugonnet, ingénieur acousticien et expert auprès des Tribunaux, l’association de Loi 1901 la Semaine du Son a pour but de sensibiliser le public, les élus et tous les acteurs de la société aux enjeux sociétaux du sonore. Depuis 2004, elle organise chaque année au mois de janvier, une campagne-événement sur des problématiques liées au son selon une approche transversale : culturelle, de santé (santé auditive), industrielle, pédagogique, environnementale et économique. Lors des éditions précédentes, la Semaine du Son s’est intéressée aux nouveaux comportements liés à l’écoute au casque (impacts sociétaux, risques pour la santé), au son et au bruit dans les lieux à « vivre ensemble » (dans les magasins, sur les lieux de travail, dans les espaces publics, etc.), à la qualité du son que l’on nous donne à entendre (le son compressé, le son 3D au cinéma, la voix au théâtre, etc.).

Le cinéaste Costa-Gavras est le parrain de la 12e édition de la Semaine du Son, après Jean-Claude Casadesus, Pierre Boulez, Jacques Weber ou encore Jacques Attali. ©G.Bureau

 

De nombreux soutiens et partenaires

L’événement reçoit le soutien des ministères de l’Éducation nationale, de l’Enseignement supérieur et de la Recherche, des Affaires sociales, de la Santé et des Droits des femmes, de l’Écologie, du Développement durable et de l’Énergie, de la Culture et de la Communication, mais également de France Télévisions, de Radio France, et de partenaires publics et privés. Entre autres, cette année la Semaine du Son a reçu le soutien des syndicats d’audioprothésistes (Unsaf, Synea, Synam), mais également du Collège national d’audioprothèse (CNA), de fabricants d’aides auditives (Oticon, Siemens, Starkey) et d’enseignes comme Audika ou encore Audionova.

 

Événements marquants à venir :

Connaissons-nous les impacts du bruit sur la santé ?

- Le 19 janvier : « Sensibiliser les professionnels de santé aux risques auditifs associés aux loisirs bruyants et aux moyens de s’en prévenir » au ministère des Affaires sociales, de la Santé et des Droits des femmes-Paris

Le silence, un nouveau luxe ?

- Le 24 janvier : « L’appel du silence » en partenariat avec le Collège des Bernardins-Paris.

La Semaine du Son convie Marc de Smedt, auteur de « L’Éloge du silence », à présenter sa pensée et son travail. L’association souhaite ouvrir les débats sur le thème du silence : une première table ronde réunira médecins, chercheurs en neurosciences, architectes du sonore, psychanalystes, acousticiens, et la seconde, conviera des artistes compositeurs, comédiens (…) autour du réalisateur Costa-Gavras, parrain de l’édition.

Le son est-il trop fort au cinéma ?

- Le 20 janvier : « Les niveaux sonores au cinéma » – Espace Pierre Cardin-Paris

Sous l’égide de son parrain Costa-Gavras, la Semaine du Son s’intéressera aux niveaux sonores au cinéma. Techniciens, directeurs de salle, professionnels du cinéma et du son répondront à ces questions.

Pourquoi aller au concert ? De nouvelles salles, avec quels enjeux ?

- Le 23 janvier : « Acoustique des salles de concert, prise de son et diffusion » au Grand Auditorium de Radio France. Artistes, chefs d’orchestres, ingénieurs et techniciens du son, spécialistes de l’acoustique partageront leurs avis sur ces questions.

Le son, des métiers d’avenir ?

- Le 21 janvier : « 2e Forum des formations supérieures aux métiers du son » à l’UPMC - Université Pierre et Marie-Curie.

Pourquoi jouer dans un groupe, en orchestre ?

- Le 22 janvier : « Entrer en musique par l’orchestre. Pourquoi jouer ? Quelles attentes sociétales et artistiques ? », à la SACEM – Paris. Entrer en musique par l’orchestre : pourquoi jouer d’un instrument ? Les impacts positifs sur la socialisation et leur capacité à mieux vivre ensemble des jeunes qui apprennent et jouent de la musique ensemble sont indéniables et pourtant seul un faible pourcentage de la population la pratique... La Semaine du Son convie des pédagogues de la musique, des chefs d’orchestres, musiciens et associations de parents d’élèves musiciens à réfléchir ensemble à ces questions.

GB avec la Semaine du Son