Une association de défense des animaux à l’assaut d’un laboratoire

Expérimentation animale

Audio infos
Audiology infos

 

Une réunion de l’université Wisconsin Madison a été interrompue le 7 février 2013 par des activistes de l’association de défense des animaux PETA (People for the ethical treatment of animals). En cause, le traitement infligé aux chats de laboratoire pour la recherche sur la surdité.

Selon l’association et les photos qu’ils ont diffusées sur leur site, ces cobayes se voient enfoncer une vis dans la tête pour entraver leurs mouvements, administrer des substances ototoxiques et, une fois l’expérience terminée, ils sont décapités afin de mettre leur cerveau à l’étude.

Les premières actions de l’association pour la défense des animaux envers l’université avaient débuté en 2008. Suite à cela, en 2012, le ministère de l’Agriculture américain (USDA) avait mené une enquête pour établir si les règles du Animal Welfare Act, la loi qui détermine les limites de l’expérimentation animale, avaient été respectées par l’université. Et les résultats de cette enquête infirmaient la thèse de PETA.

C’est en rappelant les grandes lignes de ce rapport de l’USDA qu’Eric Sandgren, le directeur du laboratoire incriminé, s’est défendu dans un communiqué en date du 7 février 2013. Pour lui, l’action de l’association PETA est « juste une aubaine pour réaliser une action à visée promotionnelle ». Il rappelle en outre que la recherche menée au sein de son université a permis des avancées notables dans le domaine du traitement de la surdité, notamment concernant les mécanismes neuronaux impliqués dans la localisation des sons.

Source : Le Figaro étudiant

Crédit photo : Université Wisconsin Madison

B.S.